Madagascar : le corps devient monnaie courante

Sharing is caring!

Il y a deux sortes de monnaie à Madagascar : l’Ariary, la monnaie malagasy, et le corps humain. Toutes les deux courantes et utilisées pour atteindre des objectifs fixés…

Le corps, monnaie d’échange!

Ce n’est pas nouveau, on le sait. User de son corps pour faire fortune est un fait qui existe depuis la nuit des temps, à Madagascar comme ailleurs. La différence se situe au niveau du degré d’utilisation de ce « corps ». Oui, parce qu’ici, tout le monde s’y adonne : fille comme garçon, jeune comme vieux, prostituée comme collégienne. Ce sujet est un sujet plus ou moins tabou – surtout à Madagascar -, mais je dois en parler ! Corps comme monnaie d’échange, pauvreté oblige ! Je me souviens d’une copine d’un de mes amis, elle sortait avec mon ami le jour et se prostituait la nuit… Elle avait 14 ans. Ceci est un fait comme un autre, mais il y en a de plus choquant encore !

Exemple :
Fanja – ceci est juste un nom hein ! – est réceptionniste dans une grande entreprise depuis trois ans. Elle a 32 ans, mariée, deux enfants. Son salaire ne lui permet pas de vivre. Son directeur et elle ressentent une attirance réciproque l’un pour l’autre depuis quelque temps déjà. Un soir, après le travail, elle décide d’aller le voir pour lui demander une augmentation. Le directeur lui dit qu’elle ne peut avoir d’augmentation, mais il lui annonce qu’elle peut jouir « d’autres avantages » si elle accepte de le « satisfaire » en échange. Fanja accepte…

Téléphone rose et shooting

Aujourd’hui, pour de nombreuses jeunes filles, vendre son corps se fait de plusieurs façons. Elles ne sont pas obligées de recourir à la prostitution. D’autres moyens de vendre son corps existent. Et d’ailleurs, le développement actuel de la technologie permet ces alternatives. Donc voilà « A » – arrêtons d’utiliser des noms – qui va candidater au poste de téléopératrice dans un call-center de la capitale. Les call-centers, c’est un domaine en plein développement – pour ne pas dire qui se développe le plus – actuellement dans la Grande île. Lors de l’entretien, le patron lui dit qu’il s’agit d’un poste de téléopératrice pour téléphone rose et que les sujets tournent essentiellement autour du sexe. C’est bien payé et le visage ne sera pas découvert. Par contre, il se peut que vous soyez obligées de prendre des photos osés de vos parties intimes pour les envoyer à un client…

« B » est une jeune fille de 16 ans dont la vie n’est pas vraiment « haut de gamme ». Comme toutes les jeunes de son âge, elle voudrait avoir un beau téléphone, de jolis vêtements et pouvoir sortir avec ses amis. Seulement, elle n’a pas d’argent. Sur Facebook, un jeune homme lui envoie un MP lui demandant de poser pour des photos. En contrepartie : une petite « collation » et éventuellement quelques avantages…

Animation de vente et massage

L’animation de vente : le deuxième domaine le plus développé après les call-centers. Le meilleur moyen de se faire repérer, comme en témoignent les animatrices, c’est d’intégrer les agences de recrutement. Il vous suffit d’envoyer une photo (une de buste avec portrait et une photo sur pied), avec votre taille, vos mensurations, vos « expériences »… Et vous vous faites engager comme hôtesse dans ces « salons VIP » ou « escort-girl ».

Je ne vais plus reprendre ici le sujet des « masseuses » qui ont fait couler beaucoup d’encre dans les journaux malagasy, quand un homme religieux ou politique se fait prendre entrain de se faire « masser » dans un hôtel privé… Et cela ne concerne pas que les filles, les hommes aussi s’y mettent. J’ai vu des annonces pour le recrutement de « masseur »… Quelle horreur ! Le pire, c’est que de nombreuses jeunes filles et de nombreux jeunes hommes se font prendre par ces « jobs » qui semblent bien payés.
Chers compatriotes, je sais que la vie est dure. Je sais que trouver de l’argent est vraiment difficile de nos jours. Je sais que c’est dur de se faire rabaisser parce qu’on n’a pas d’argent, parce qu’on est pauvre. Mais n’usez jamais de votre corps pour gagner de l’argent, peu importe la forme dont vous devez en user…

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas me mettre à faire une leçon de morale. Brisons les règles, plutôt ! 🙂

 

 

Sharing is caring!

7 commentaires sur “Madagascar : le corps devient monnaie courante

  1. « filles comme garçons » ça fait peur ça, j’ai eu vent simplement mais je n’ai pas encore constaté concrètement le cas d’un garçon vendant son corps, néanmoins, aussi bien pour les unes que les autres, c’est triste d’en arriver à un point où ils(elles) se considèrent comme une monnaie d’échange.
    La race humaine est bien descendue à un niveau indescriptible, tout ça pour de l’argent (utile certes, mais ne devrait pas être objet de vices et d’idolâtrie).
    Allez! Je ne vais pas tout de même tout mettre sur le dos de ces pauvres humains, je dirai que la civilisation et les circonstances actuelles ont largement contribué à la décadence de notre société actuelle (qu’est ce que je raconte, la civilisation découle de l’humain non?!, donc la faute nous revient en fait 😀 )
    J’ai mal à la tête en pensant à tout ça moi!

    1. eh oui. cela vient bien des êtres humains. donc c’est aussi aux êtres humains de le changer! 🙂 de faire un monde meilleur quoi 🙂

  2. Merci de nous avoir partagé tout ceci. Mais malgré tout cela, Madagascar fera toujours partie des destinations touristiques les plus intéressantes, pour passer des séjours inoubliables, surtout dans la partie de Nosy-Be.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *