Comment Boby Aina, une malagasy, aide des femmes à devenir autonome financièrement

Sharing is caring!

Elle s’appelle Boby Aina. Une malagasy qui a pris l’initiative d’aider ses concitoyennes à sortir de la « prison financière » dans laquelle les enferment leurs conjoints. Pour cela, elle leur a proposé un travail original, créatif et déstressant.

Aide aux femmes victimes de violence conjugale

Boby Aina travaille dans une ONG qui prend en main les femmes malagasy victimes de violence conjugale. Mariées, ces femmes n’ont le droit de sortir de chez elle que pour faire le marché. Eventuellement, elles peuvent aller visiter la famille ou un proche, si leurs conjoints le leur permettent. Elles n’ont pas le droit de travailler ni de contribuer financièrement pour faire tourner le nid familial. Le mari s’occupe de tout. Il travaille, il sort de chez lui de bon matin et il ne rentre que tard dans la nuit. Il lui arrive de ne pas donner de l’argent à sa femme, sous prétexte que c’est lui qui « s’occupe de tout  dans cette maison ». Pour ces femmes, le nid conjugal est devenu une « prison financière ». D’où l’inspiration de Boby Aina de créer une entreprise qui aiderait ces femmes à s’épanouir financièrement sans obligatoirement avoir à « travailler comme tout le monde ».

Travail en freelance et incognito

Désireuse d’aider ces femmes, Boby Aina met en place une société de création d’articles en papiers recyclés : Poti-taratasy création. Le but est à la fois de protéger l’environnement et d’aider les femmes à s’épanouir. « Nous donnons le travail à ces femmes, elles l’emportent chez elles, et elles trient, déchirent  et cousent à leur rythme », continue Boby Aina. Leurs maris ignorent qu’elles font ce travail. Elles gagnent une somme pour réaliser leur petit plaisir à chaque fin du mois. En plus, le travail détend et n’impose pas de pression. En un jour, Poti-taratasy création produit ainsi trois articles fabriqués en papiers recyclés. Des produits réalisés par des femmes qui font le travail chez elles, entre le lavage du linge sale et le repassage.

On peut faire de jolies chose avec du papier recyclé! Les sacs en papiers recyclés produits par la société ressemblent à ceci. © Tiasy

Boby Aina, écologiste et féministe

Boby Aina a créé société originale. Le processus pour la réalisation de sacs, classeurs, bandoulières et trousses en papiers recyclés est assez inventif. « Notre matière première est le vieux papier : papier de magazines, de journaux… ce qui est facile à trouver. Mais c’est le traitement qui est difficile car il faut passer par plusieurs étapes », a expliqué Boby Aina. Jusqu’à 800 morceaux de papier sont utilisés pour réaliser un sac en papier. Les étapes comprennent le nettoyage du papier pour qu’il retrouve son état d’origine, le triage des couleurs, « déchiqueter les papiers en petits morceaux », la couture et la fixation du protège.

 

 

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *